L'idée du projet est de créer un espace à partir d'un procédé d'assemblage de pneu. Noir, mat, utilitaire, le pneu est bien souvent associé à un objet grossier, sale et sans valeur. Il permet la construction de barrières de fortunes, couvre les bâches des agriculteurs, est brûlé en signe de révolte. La matière caoutchouc sombre  qui le constitue en est pour beaucoup. Pourtant, elle est le fruit d'un travail technologique important, et fait l'objet de développement techniques poussés. 

Nous souhaitons mettre en valeur cette technologie par l'emploi de la matière comme structure. Notre intérêt, comme architectes, est d'exploiter le potentiel esthétique de la matière à partir de ses propriétés intrinsèques. Transformer sa fonction, et la mettre en oeuvre d'une manière originale dans le but de créer la surprise, l'étonnement. L'accumulation de pneus permet la création d'un espace calfeutré où la lumière s'infiltre doucement et se tamise.

 

 

PROCEDE D'ASSEMBLAGE

Ce procédé constitue la base de l'assemblage. C'est en effet lui qui permet aux bandes de pneu de prendre la géométrie souhaitée tout en trouvant de la rigidité structurelle. Le décalage des percements d'une bande par rapport à l'autre permet, lors de la liaison des deux bandes ensemble, de donner la courbure souhaitée à l'élément. Une fois courbé, il est assemblé à un autre élément courbé afin de constituer la nexorade. 

 

 

PRINCIPES DE FABRICATION

 

La nexorade est une structure réciproque. Afin d'assurer la tenue de l'ensemble, chaque élément retient le suivant et s'appuie sur le précédent. Les éléments sont ainsi emboîtés afin de franchir la portée de l'ouvrage. 

Dans ce projet, les éléments de la nexorade sont des boucles en bande de pneu. c'est donc le pneu qui devient, par sa mise en forme originale, un élément de structure. Les boucles s'appuient les unes sur les autres. Les pneus forment alors une maille constitutive du tout. 

 

Projet en collaboration avec Mathieu Cabannes et Thomas Pasquier.